Le projet de chauffage décarbonné

Approche du projet “chauffage”

  • J DUBOIS c’est aussi une histoire de personnes qui se soucient de minimiser leur impact environnemental et de sauvegarder au mieux la nature et la planète.

 

  • Il nous paraît important en particulier de développer de nouvelles techniques dans une logique de développement durable, d’y consacrer du temps et d’utiliser les moyens que nous disposons.

 

  • Parmi les systèmes à développer, nous accordons beaucoup d’importance à un dispositif simple de régulation de la température des serres pouvant fonctionner sans énergies fossiles.

 

  • En plus d’eau et des nutriments contenus dans la terre, les jeunes plantes que nous cultivons ont en effet besoin qu’on les préserve aussi bien des gelées que des chaleurs trop importantes. En horticulture, des structures chauffées en toile ou en verre – dénommées serres communément – sont nécessaires: elles apportent en effet les conditions favorables à la croissance des végétaux en début de saison jusqu’à un niveau de maturité suffisant pour faire leur entrée dans les jardins, une fois les beaux jours revenus.

 

  • Le système de chauffage associé à ce que l’on appelle communément l’effet de serre maintiennent les températures positives au sein de la serre durant les dernières périodes hivernales du début d’année. Un combustible fossile doit néanmoins être utilisé (gaz ou fioul). Au plus fort des journées ensoleillées et chaudes, à l’inverse, l’effet de serre fait également monter la température au sein des serres de façon significative.

 

  • Il n’est donc pas rare sur une journée type de devoir chauffer les serres aux heures les plus froides et à l’inverse ouvrir aux heures les plus chaudes afin d’évacuer la chaleur.

 

  • Ce constat autour du quotidien de l’horticulture amène à réfléchir sur une solution simple qui permet une meilleure utilisation de la chaleur emmagasinée et qui ne requiert pas de combustibles. Les plantes seraient ainsi moins tributaires du système de chaudière. Autre avantage: une réduction significative des quantités de gaz ou de fioul utilisées. Nous voudrions aussi par la même occasion rendre plus facile la gestion de la température dans les serres tout le long de la saison et au cours d’une même journée
  • Les développements passés et présents menées chez J DUBOIS visent à mettre à profit le fait que la terre du sous-sol reste beaucoup plus tempérée et stable par rapport à la terre ou l’air extérieur: elle est en effet préservée des gelées ainsi que des chaleurs plus fortes. En créant un échange de calories entre le sous-sol et l’air circulant dans des tubes enterrés, sur le principe du puit canadien (artésien*), l’ambition est d’injecter dans l’espace clos de l’air plus tempéré que l’air extérieur et ainsi mettre au point un système combiné de chauffe et de rafraîchissement relativement passif.